PopChef : quand la gastronomie rencontre la technologie – LRDLM à Paris #5

PopChef

Nous sommes toutes deux en M2 communication spécialisé web, cette année à la fac nous a permis de réaliser de nombreux dossiers sur des sujets qui nous tenaient à coeur. On voulait vous en présenter un que nous avions réalisé dans le cadre des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Il s’agit de PopChef ! Ce service de livraison de repas sur l’heure du déjeuner a vu le jour il y a tout juste un an et rivalise avec les plus grands de la livraison de plats dans Paris. Il s’impose véritablement dans les start-ups FoodTech d’aujourd’hui. C’est que de l’amour et la gastronomie, bonne lecture !

Aujourd’hui, nous sommes de plus en plus équipés : en 2015, 58% d’entre nous possédons un smartphone (1) ! Au delà, d’utiliser notre smartphone pour surfer sur internet, certains d’entre nous l’utilisent pour développer leur commerce. Et oui, le m-commerce se développe rapidement. Le smartphone est devenu le mode de paiement pour beaucoup de parisiens ! Les applications toujours plus adaptées au mobile et à l’achat en ligne favorisent le m-commerce. En France, entre 2013 et 2014, les ventes sur mobile sont passées de 2,6 à 4 milliards d’euros (2). Maintenant, lorsque l’on décide d’être présent sur internet, on pense tout de suite à adapter le format.

L’application PopChef, elle, s’inscrit dans la volonté des parisiens à manger mieux, local et de saison tout en faisant attention à l’empreinte écologique laissée dernière nous une fois le service consommé. PopChef replace la gastronomie française au coeur du quotidien des parisiens, à un moment de la journée qui est de plus en plus délaissé par manque de temps, argent et de qualité : le déjeuner. Nous verrons que, mis à part les services déjà existants, la pause du midi est souvent laissée de côté et que c’est pour cette raison que PopChef a utilisé un outil de la révolution numérique et technologique au service d’une demande existante.

 PopChef

« Comment l’application PopChef se différencie de tous les autres services de restauration à Paris alors qu’aujourd’hui 71% (3) des français prennent une pause déjeuner de plus en plus courte avec un budget de moins en moins élevé ? »

Vous allez découvrir que la jeune start-up parisienne a vite pris le parti de positionner la pause du déjeuner comme nécessaire et accessible. Mais Popchef n’est pas seul ! D’autres acteurs de ce marché jouent eux aussi sur les NTIC pour répondre aux nouvelles attentes des parisiens. Cependant, vous allez comprendre comment Popchef a su tirer son épingle du jeu à travers la technologie mise au service de l’alimentation d’aujourd’hui, pour répondre à une demande contemporaine des parisiens.

Nous sommes parties d’un simple et triste constat : à l’heure du déjeuner, les français mangent mal.
Alors, est-ce normal de mal manger dans la capitale de la gastronomie ?

Ce drôle de paradoxe reflète un fait de la société d’aujourd’hui : déjeuner sainement coûte cher et encore plus pour les parisiens. Et, si les études que nous avons arpentées ne mettent pas en avant le marché sur la restauration du midi c’est parce qu’aucune offre n’existait mis à part les ventes à emporter traditionnelles. Et puis un beau jour, Popchef débarqua.

En effet, jusqu’ici, Chronoresto, Deliveroo ou encore Allo Resto occupaient le marché de la livraison de la restauration rapide. Nous commandons des plats de restaurants ou de fast-foods et hop : la pause dej’ était finie. Aujourd’hui l’heure du déjeuner voient de nouveaux cuisiniers arriver : des start-ups spécialisées dans la restauration rapide et au service du « bien-manger ».

En parallèle, une étude menée par L’INSEE sur le temps de l’alimentation en France indique que plus de 60 % des cadres et des professions intermédiaires sautent parfois la pause déjeuner pour gagner du temps. (4)

De ce fait, cette nouvelle ère de la « foodosphère » se construit à travers l’émergence de start-ups concentrées et utilisées sur smartphone. Elles se présentent sous forme d’application et prennent peu à peu leur part du gâteau sur le marché de la livraison de restauration rapide en surfant sur le modèle économique du « à la demande ».
En effet, le numérique, et notamment la technologie mobile, a modifié en profondeur notre façon de vivre et de consommer. Ainsi, la montée de l’usage mobile des TIC incite les acteurs de la foodosphère à utiliser et mettre en place des TIC à destination de leurs clients : les parisiens, urbains et actifs. Cela donne alors lieu à une connexion permanente et à un effacement des frontières entre domicile-espaces de travail. Mais d’autres n’ont pas eut à s’adapter et naissent de ce nouveau type de consommation, comme Popchef.

En France, pays de la gastronomie par excellence, l’enjeu de ces start-ups nouvelles générations est donc de concilier traditions culinaires et nouvelles technologies, reposant sur le pari de l’hyper-proximité et de la qualité accessible à tous. Alors Popchef aurait-il la possibilité de devenir un grand restaurant virtuel ?

Un bouillon de mobilité et un wok de rapidité !

PopChef

L’utilisation des smartphones et tablettes a profondément modifié les habitudes de consommation des parisiens. Désormais, ils sont en demande croissante de mobilité, instantanéité et praticité. Lorsque les consommateurs, notamment les parisiens, commandent à manger, ils sont désormais nombreux à avoir le réflexe « smartphone » ou « tablette » pour commander.

En parallèle, d’après un sondage réalisé par Qapa (3), sur le temps du midi, nous sommes près de la moitié à apprécier manger du fait-maison. Les autres, eux, mangent directement sur leur lieu de travail ou dans un fast-food. Mais dans chacun de ces modes de restauration, lorsque nous travaillons, le choix est régi par une forte contrainte de temps et de praticité. Cette contrainte est appuyée par la courte durée des pauses le midi (77% des interrogés disent avoir moins d’une heure le midi) ce qui nous force à trouver des alternatives pour aller plus vite : fast-food, sandwich, plats préparés.

Au delà de la contrainte du temps, les parisiens font également attention à leur porte monnaie et restreignent de plus en plus leur budget pour le déjeuner. En effet, nous sommes 86% à dépenser 1 à 10€ pour manger le midi (3).

L’enjeu est donc de pouvoir répondre à une demande immédiate, de déjeuners de saison, locaux et à des prix abordables. Le marché de la livraison de repas à domicile explose et ne semble pas prêt de s’arrêter là et il devrait générer 90 milliards de dollars d’ici 2019. (5)

En effet, la montée du m-commerce en France fait aussi la part belle à ces services en ligne ; aujourd’hui, près de 30% des commandes en ligne sont passées depuis un mobile ou une tablette (6). Ce phénomène ubérise nos repas et bouleverse nos habitudes de consommation. Ce changement porte depuis peu un nom, l’ubérisation; un phénomène susceptible de toucher tous les secteurs d’activité et qui consiste finalement en « un changement rapide des rapports de force grâce au numérique ».

Alors que le marché de la restauration à table continue de reculer, le marché de la restauration rapide, lui, avance, innove, crée et se réinvente pour nous attirer toujours un peu plus. PopChef a réussi ce virage numérique en recentrant son service sur les attentes du parisien de 2015, connecté et désirant « tout, tout de suite ». C’est en soulevant avec justesse et exactitude ces différents problèmes que les créateurs de PopChef ont trouvé LA solution qui résoudrait toutes ces attentes : manger du fait maison, rapidement, sans se ruiner et où on veut.

 

PopChef : un concentré de bon sens répondant à une demande existante
PopChef

En Avril 2015, Popchef débarque avec une volonté de rendre la pause du déjeuner saine et accessible à tous ! L’application a pour vocation de proposer quotidiennement des plats faits maison (3 différents par jour), à partir de produits locaux, frais et de saison. Ces derniers sont livrés dans différentes zones de Paris, de 11h30 jusqu’à 14h (pendant la pause déjeuner). La particularité de ce service en ville, est qu’il utilise les vélos pour la livraison : soucieux de son impact écologique et de la facilité de circuler dans Paris (pas bête la guêpe 😉 (7)

Son business model est simple et s’inspire de l’économie « à la demande » voir « servicielle »: depuis le site web ou l’application Popchef, le client choisit son plat parmi les deux proposés à la carte et peu ajouter un dessert. Il paie, reçoit un SMS de confirmation et est livré chez lui, au bureau, au parc : où il le désire (dans la zone desservie) en moins de 20 minutes.

Popchef a pris le parti d’internaliser la production : c’est un seul chef qui travaille à temps plein au sein de la cuisine pour créer et préparer les plats livrés, auxquels s’ajoutent, si besoin, des commis en cuisine.

En plus de rendre une meilleure alimentation accessible, elle répond à un besoin d’immédiateté avec un service de livraison plus rapide que celui de ses concurrents. Comment ? A la façon des taxis, les serveurs PopChef se faufilent dans les rues mais équipés d’un vélo – pour la rapidité et l’écologie –, d’un smartphone – pour la fonction de géolocalisation et de praticité – et de sacs isothermes contenant les plats prêts à être livrés – pour la réactivité et la consommation instantanée-.Dès qu’une commande est passée, ils reçoivent une alerte sur leur smartphone et peuvent ainsi se rendre sur le lieu de livraison en quelques coups de pédales. Comme pour le modèle de Uber, se sont des particuliers qui livrent à vélo et non une société externe.

Avec une suggestion de plats simples, à base de produits frais et de saison, la start-up bouscule, jours après jours, les habitudes de consommation des parisiens, jusqu’ici plutôt habitués à commander les traditionnelles pizzas et sushis .
A travers son service et ses multiples fonctionnalités, l’application PopChef se veut novatrice et reine de la pause saine du midi ! Ces services sont aujourd’hui possible grâce au numérique et à l’utilisation de plus en plus importante du mobile par les citadins pour surfer sur internet, effectuer des recherches, des commandes et payer depuis son smartphone (2).

Ce TIC est aujourd’hui une solution aux attentes et besoins des parisiens actifs. Sans cesse connectés, naviguant, commandant et payant toujours un peu plus sur internet via les smartphones, les parisiens retrouvent dans cette application la mobilité, simplicité, rapidité et instantanéité qu’ils recherchent (2).

PopChef

Sources :

  1. Etude menée par l’IFOP. Etude réalisée via un questionnaire online du 05/03 au 25/03/2015 auprès de 1 000 personnes recrutées en ligne représentatifs de 18 ans et plus, http://www.e-marketing.fr/Thematique/retail-1001/Breves/DigitasLBi-Paris-publie-IFOP-etude-attentes-consommateurs-connectes-253831.htm, mars 2015.
  2. Étude RetailMeNot, Internet mobile : pourquoi les français sont si voraces ? http://www.latribune.fr/technos-medias/internet-mobile-pourquoi-les-francais-sont-si-voraces-480074.html, mai 2015.
  3. Sondage réalisé par Qapa.fr auprès de 22.000 demandeurs d’emploi et recruteurs en juin 2015,
    http://reso44.resofrance.eu/2015/07/24/les-habitudes-alimentaires-des-francais-le-midi/, juillet 2015
  4. Étude INSEE, http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1417, septembre 2014.
  5. Étude Rock In The Internet, rocket-internet.com/sites/default/files/files/Mar%202015%20Business%20Update%20-%20Global%20Online%20Takeaway%20Group.pdf, mars 2015.
  6. 26ème édition de l’étude annuelle sur la restauration publiée par Gira Conseil. http://www.restoconnection.fr/quand-la-restauration-se-met-en-ligne-avec-livepepper/, 2015.
  7. http://popchef.com
  8. http://ze-mag.info/classement-malbouffe-france-bordeaux-paris-lyon-tete/
  9. BIGOT R., CROUTTE P., La diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française (2014), rapport CREDOC no R317, 2014.

Un grand merci à Esther Huguet pour ses magnifiques photos réalisées dans le cadre de notre collaboration avec des étudiantes de l’école Gobelins : Esther Huguet, www.estherhuguet.com/

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. ssab dit :

    Pensez-vous à exporter Topchef dans d’autres villes ? Je suis sur Bordeaux… 😉

    J'aime

    1. LRDLMcooks dit :

      Hello, nous parlons de Popchef et non de Topchef 🙂 Mais nous pensons à débarquer oui !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s